BIOGRAPHIE

Mbombog Mbog Bassong* est issu d’une famille fortement christianisée, d’un grand-père maternel chrétien et d’un grand-père paternel chrétien. En 1988, il rencontre Mbombog Nkoth Bisseck qui marque le deuxième tournant de sa vie après celle de Cheikh Anta Diop en 1986 à Paris. Chez ce dernier, il prend conscience de l’importance de l’histoire pour l’éveil de l’Afrique tandis que le premier assure son éducation initiatique. Aussi se décide-t-il de rompre avec le modèle chrétien et découvre, dans la connaissance africaine, un réservoir de savoirs dont l’humanité a à peine tiré quelque enseignement digne d’intérêt.

Il écrit successivement:

– Les Fondements de l’État de droit en Afrique pré coloniale,

– Esthétique de l’art africain-Symbolique et Complexité,

et enfin, La méthode de la philosophie africaine- De la pensée complexe, publiés aux Editions L’Harmattan en 2007.

Les livres étant difficilement lus et achetés, il décide, avec l’aide de ses amis de la diaspora, Jean-Louis KinndjocK et Wehiong André Désiré (WAD),  la publication de ses derniers papiers et livres sur le blog www.mbombog.wordpress.com/.

Il s’agit de :

–          Épistémologie africaine, Sociologie africaine,

–           La théorie économique de la valeur

–          L’alternative à la crise du capitalisme mondial.

De la sorte, il opère une jonction de la connaissance africaine avec ses recherches sur les impacts de météorites dont il prépare une thèse sur la théorie de l’impactomorphisme.

Il montre en conséquence que le rocher sacré des peuples bassa, bati et mpo’o du Cameroun, Ngog Lituba , est bien la résultante d’un impact de météorite dont les Bati, gardiens du sanctuaire, possèdent encore le souvenir d’une météorite s’étant abattu dans cet espace. En langue bassa, la météorite est désignée par nyemb ngii qui signifie  »la mort qui vient du ciel ».

L’enjeu de telles recherches couplées entre les sciences de l’univers et la pensée africaine, c’est de montrer en quoi les Africains ont réalisé une théorie de la connaissance dont la cosmologie est la base, et où les ordres physique, chimique, biologique et humain se superposent.

En cela, la pensée africaine peut prétendre à une rationalisation de la science de la complexité en termes d’organisation de l’esprit, des idées et des mythes. Dans ce sens, l’Ordre et le Désordre s’inscrivent comme des catégories conceptuelles de la rationalité africaine qui vont plus loin que le yin et le yan asiatique, en ce qu’ils formulent une composante nouvelle Maât, une émergence dont la forme spiralée condense la géométrie du contenu de l’univers.

C’est la théorie ontologique du Tout que cherchent confusément les cosmologistes (infiniment grand) et les physiciens quantique (infiniment petit). On peut affirmer, sur cette base, que la pensée africaine condense avant toute autre pensée, la dimension achevée de l’idéal d’être de l’esprit humain. Le penseur Edgar Morin devra, dans son dernier livre que nous attendons patiemment, La voie, nous dire en quoi le développement de l’esprit humain ne trouvera pas, dans l’Universisme philosophique africain, l’ordre des raisons susceptible de réconcilier l’homme avec la nature et dont il recherche, on le pressent, la solution.

Autant le dire, l’Afrique doit se réapproprier cette pensée, si elle veut peser de tout son poids dans l’ordre politique planétaire qui se fait.

C’est cela sa vocation.

Dieu bénisse l’Afrique.

 

(*)Mbombog Mbog Bassong est service au ministère de la culture , Géologue de formation, Egyptologue, Météoricien, Planétologue et ecrivain.
Chercheur sur les rapports entre les sciences de l’univers et la régulation des sociétés humaines, je suis Mbombog initié dans l’ordre ancestral du Mbog chez les Bassa du Cameroun.

E-mail : bassongmbog@yahoo.com

Tel : 00237 – 99724061

Blog : https://mbombog.wordpress.com/

Site http://www.mbogyes.com/

22 réponses à “BIOGRAPHIE

  1. En cette ère du Verseau, je doute fort que la Vérité ne puisse être contrôlée et maitrisée par l’imperialisme occidental et le nouveau désordre mondial !! !

    Tout ce que nous pensons ne vient pas de nous mais c’est les ancetres qui parlent en nous à travres la nature nous devons nous reapproprier nos connaissances ancestrales car c’est cela qui va nous sauver.

  2. Martin NDENBE

    Cher MBOMBOG, j’aimerais connaître votre parcours Universitaire.
    Je suis troublé par vos prises de position dans le plan scientifique.
    mon respect
    NDENBE

  3. JOHN

    j’ai revus votre intervention sur voxafrica, et j’apprécie vos prise de position.j’ai donc une préoccupation: pourquoi pensez vous que vous n’êtes pas écouté. est votre la complexité de votre discours ou quoi?

  4. NYAGA Virginie

    J’ai souvent suivi vos propos et j’avoue qu’on pourrait vous qualifier de  » Cheikh Anta Diop Camerounais »

  5. Tout simplement, merci!!! tout autre commentaire pourrait denaturer le but de votre mission et de ce blog à vulgariser.

  6. Chicoutimi, Québec.
    Samedi, le 28 septembre 2013.

    Les Classiques des sciences sociales
    http://classiques.uqac.ca/

    À l’attention de Monsieur Mbombog Mbog Bassong,

    Bonjour Monsieur Bassong,

    Peut-être connaissez-vous la bibliothèque numérique que j’anime bénévolement depuis 1993 avec le soutien de l’Université du Québec à Chicoutimi, Les Classiques des sciences sociales ? Notre mission consiste à donner un accès libre et gratuit aux savoirs en sciences sociales et en philosophie de langue française et nous y parvenons grâce au soutien logistique de l’UQAC et des bénévoles que nous sommes.

    Je suis en train de mettre en ligne une vingtaine de publications de Monsieur Yao Assogba, sociologue québécois d’origine togolaise, professeur à l’Université du Québec en Outaouais:

    http://classiques.uqac.ca/contemporains/assogba_yao/assogba_yao.html

    En recherchant sur internet des documents connexes aux travaux du professeur Assogba, je viens de découvrir vos travaux et l’effort que vous faites pour les rendre accessibles à vos étudiant(e)s, mais aussi aux lecteurs de partout dans le monde.

    Sur la page de téléchargement du texte de Monsieur Assogba, Trajectoires et dynamiques de la sociologie générale d’Afrique noire de langue française. Université du Québec en Outaouais, Groupe d’étude et de recherche en intervention sociale (GÉRIS), Cahier de recherche, Série Re-cherches, no. 7, 1998, 29 pp., j’ai placé un lien vers votre texte intitulé: Sociologie africaine. Paradigme, Valeur et Communication.

    En allant consulter votre site, https://mbombog.wordpress.com/, j’ai découvert que vous aviez d’autres publications.

    Nous diffusons principalement des travaux et publications nord-américaines et européennes, et, à l’occasion, d’Afrique francophone, mais nous cherchons désespérément à faire mieux connaître les travaux des chercheurs africains de langue française afin que ceux-ci soient accessibles aux occidentaux et africains.

    Voudriez-vous nous accorder votre permission de diffuser Sociologie africaine. Paradigme, Valeur et Communication, en texte intégral, en version numérique et en accès libre et gratuit à tous, dans la collection des auteurs contemporains des Classiques des sciences sociales ?

    Si vous avez d’autres publications que vous souhaiteriez diffuser dans Les Classiques des sciences sociales, n’hésitez pas à m’en faire part. Nous serions très honorés de pouvoir concrétiser ce projet si vous êtes d’accord.

    Avec toute ma considération,

    jean-marie

    Jean-Marie Tremblay, C.Q., sociologue
    http://www.ordre-national.gouv.qc.ca/membres/video.asp?id=2580&nom=tremblay-jean-marie&annee=2013&grade=chevalier&persiste=1
    http://www.ordre-national.gouv.qc.ca/membres/membre.asp?id=2580
    http://www.lapresse.ca/le-quotidien/actualites/201306/03/01-4657389-une-consecration-pour-jean-marie-tremblay.php
    professeur de sociologie, retraité du Cégep de Chicoutimi
    fondateur et président-dir.gén. (bénévole), Les Classiques des sciences sociales
    Un organisme à but non lucratif à vocation éducative et sociale
    http://classiques.uqac.ca/
    Site pédagogique: http://jmt-sociologue.uqac.ca/
    418-690-0106

  7. je suis ravi,j aimerai si possible m initier aux cultures ancestrales. je vous remercie. contact électronique ( gedakwaka@yahoo.de )

  8. PAUL KEM

    bjr cher frère africain. je vous ai écouté dernièrement sur vox africa, j’ai été agréablement emporté par la pertinence de votre argumentaire. je me suis inscrit sur votre blog pour suivre vos écrits. c’est bien ce que vous faites comme travail sur la mémoire et l’histoire africaine

  9. HOP NDOUNG

    Masé’e ma liten mahola wé à Nsango Malo
    Liberons d’abord nos cerveaux… Car comme vous le dites » ma um ma yé djel » mais si les consciences ne sont pas préparées, ils passeront et vivent l’aliénation pour 1000 ans encore. Nos ennemis sont à nouveau à l’oeuvre (côte d’ivoire, Libye, Mali,kongo,Centrafrique et avec la complicité des « Colos » le Cameroun. Malheureusement les consciences sont happées par les futilités( les religions étrangères, pâles copies de la spiritualité KM:T et du miroir aux alouettes du monde leucoderme qui a tout volé et un voleur ne peut pas savoir « fondamentalement » l’essence de ce qu’il a préempté: le monde leucoderme se dit riche, j’y vis malgré moi, mais de quelle richesse parlent- ils ? Lorsqu’on a aucune valeur,aucune vertu car tout ceci ne s’acquiert pas, c’est innée.
    Tu verses du sang innocent: la tuberculose rentre dans lignée
    Tu couches avec une apparentée le Ka’a te suit
    C’Est cela le parfait.
    Nous n’avons pas à mémoriser les soi- disant commandements, copies des falsifications prouvées aujourd’hui des préceptes KM:T au pays du Sphinx, LONGUE VIE À TOI.(allez visiter le musée du Caire) et de pratiquer le contraire à chaque occasion
    Conséquence de cette hérésie, les leucodermes sont en déperdition car ils ne comprennent plus rien à rien. Ils ont volé et brûlé les preuves de leur passage.Ils ont méprisé ceux ont voulu partager en leur enseignant leur savoir (ils profanent les tombes de nos ancêtres et exposent leur sépultures, la malédiction est sur eux.
    Reveilllons nous, nous sommes les fils du Paradis, regardez autour de vous mince.

    HOP NDOUNG, première D lycée classique d’Edea 1988

  10. A pua, me ti we mayéga ngandak ki yaga. Njok yomedemed yon u ha woo i sulul ni bôlô yoñ. U ke na yo ni bisu. Me nyéga ngandak.

    NGAN

  11. B: Ekwalla Eboumbou

    c’est avec un intérêt particulier que j’ai suvi votre Intervention sur la religion. J’ai compris le fondement, la quintessence et adhére viscéralement pour le retour á nos valeurs.Les Duala appellent Dieu « Nyambé » par perversion il a été traduit en « Loba » mot qui n’existe pas dans le vocabulaire Duala et qui n’est que le symbole de « deux oiseaux dans le ciel » en Duala  » lo nón lo ba o món  » Et Chaque jour les Duala prient » Loba, Loba la Ngum » (Dieu, Dieu Tout-Puissant) avec un symbole vide de sens. N’est-ce pas une autre forme de profanation? S’il vous plait, prions le Dieu de nos ancêtres.
    B:Ekwalla Eboumbou ( RFA )

  12. kokou akakpo

    moi kokou akakpo nationalite Togolais je vous supportes pour le panafricanisme
    et le reste des choses cest lunion africaine la verite en face creer la cour penale africaine pour nous africain .

  13. kokou akakpo

    les blancs continuent tjrs a nous mentir comme ils ont envoyer le Sida pour nous tuer en Afrique comme on a trouver des solutions a cela ils ons Boko Haram pour salir la religion tels que musulmans et chretiens pour finir avec nous ils envoient Ebola pourquoi pas chez eux cest tjrs lafrique reveillons nous

  14. le seul commentaire que je peu vous laisser n’est qu’un vibrant hommage mbog le mérite est vraiment africains et vous incarnez la voix du salut je vous est suivi pour ma première foie sur la chaine de télévision panafricaine Afrique media lors de l’émission sur la renaissance africaine une émission qui m’a fait couler des larmes au regard des photos que nous présentait la régie sur les souffrances de notre continent. je voudrais savoir ou se trouve le siège de la jeunesse panafricaine au cameroun est ce que je peu avoir vos livres car ils sont sources d’inspiration pour nous la jeunesse montante..merci email: takouteusimo@yahoo.fr

  15. Je suis un fils du Cameroun originaire de l’ ouest qui sera très prochainement ingénieur en France, mais je me sens vide, acculturé, méprisé et ignorant total de mon alpha.
    c’est une joie et un plaisir dont MBOG BASSONG, Papa, vous ne pouvez pas imaginer que j’ éprouve à votre endroit, merci pour ce travail inquantifiable.
    Que l’ Afrique se lève par votre voie et donne le ton. Je voudrais me mettre à l’ enseignement.
    fofackdonfack@yahoo.fr

  16. LISETTE NDENBE

    Bonjour Mbombog,

    Je suis Madame NDENBE, professeur d’économmie – droit et de management dans l’enseigenement supérieur, j’ai connu votre petit frère qui est aussi mon petit frère à Strasbourg.: Bassong.

    Je me permets en toute humilité de venir vous poser quelques questions sur notre mbog.

    Enfant, j’ai connu la villle, les quartiers socaux, bourgeois, les villages des différentes communautés Bassas, j’ai navigué à travers les rivières, arpenter les forêts, la savane tout me paraissait vraiment joli, harmonisé.. mais en gradissant j’ai appris à me méfier de tout, le monde n’était plus aussi simple. J’ai toujours eu l’honnêtété de poser sans detours mes questions aux grands frères, pères et mères!

    Comment ne pas s’interroger sur le peuple Bassa, sur ses traditions ses pratiques son devenir…? pourquoi tant de haine entre nous les Bassas, entre frères et soeurs?

    Dans une famille comment se fait -il que c’est celui qui veut le bien de tous qui est souvent victime de haine, de mépris d’empoisonnement, de sorcelerie?

    Là où tu parles d’initiation moi je parle d’éducation, d’enseignement. Tout ce qui est bon pour un peuple une nation bref pour l’humanité ne devrait -il être un héritage au profit de nous tous? une culture qui demande de l’initiation, qui est secrète ne ressemble t-elle pas aux organisations secrètes tant décriées par le citoyen lamda?

    Il est toujours bon à savoir qu’on a une culture parce qu’un dicton dit: « si tu ne sais pas où tu vas souviens-toi d’où tu viens »

    Pourriez-vous nous présenter un bilan de ce que notre MBOG represente aujourd’hui pour ses fils et ses filles, le Cameroun, l’Afrique?….

    Une culture est-elle figée, doit elle se developper? s’améliorer?, le monde invisible influence beaucoup le monde matériel comment? les africains sont naturellement tournés vers le mystique pourquoi faire? qu’ont-ils récu dans cette aventure: le pouvoir? l’argent? le developement? La sagesse? l’intelligence?

    Votre point de vue me sera d’une aide précieuse pour mieux comprendre …

  17. SANE Lamine

    j’ai toujours pensé que l’aliénation de l’homme NOIR africain était irréversible. Dieu merci; le génie Africain contrairement aux falsificateurs de l’HISTOIRE. rétablira la vérité: la VRAIE.

  18. bannem ndjock

    bombog j’aime votre pensé ,comment avoir le livre la pensé africaine

  19. Makaya

    Vous rencontré un jour sera une fierté un une joie incommensurable pour moi Mr Bassong. Vous continuez efficacement et rationnellement l’heure de C.Anta Diop, ah!!! Pourquoi élas africains que nous sommes ne prêtons pas attention à ce que nous sommes vraiment.  »Aucune société, aucun peuple ne peut se développer sous l’appui ou l’influence d’une autre culture ». Puisse Dieu continue à vous donnez la force afin de continuer ce combat panafricaiste.
    Je suis MAKAYA Elgraig étudiant Master 2 philosophie à l’Université marien ngouabi au Congo Brazzaville.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s