La révolution arabe et l’Afrique noire.

Ce qui se passe dans le monde arabe sonne comme le tocsin…Les identités arabes mettent en branle l’enjeu mortifère de toute révolution…Il y aura deux temps asynchrones pour les deux révolutions: arabe et noire…Elles ne se suivront pas dans le compteur du temps. Parce que les Chefs d’États africains vont déployer la machinerie tribalopolitique pour en freiner les élans, avec la démonstration des armes pour affaiblir les velléités de soulèvement qu’ils vont réprimer.

La partie sera simplement remise…La nature de la révolution n’est pas la même. Le monde arabe a un ciment religieux, certes même disparate par certains contours. Eux au moins peuvent rebondir dans un monde féroce dont ils ont expérimenté, depuis les croisades, les enjeux de la violence politique et religieuse.

Le parcours de l’Afrique est différent. Empêtrées dans le tribalisme instauré par le modèle de l’État-nation dominant, l’Afrique doit conjuguer avec les religions révélées (Islam, Christianisme….) une nouvelle alliance de Vérité. Vérité sur les exactions de ces deux religions (esclavage, colonisation) et Vérité sur l’authenticité de leurs discours hérités de l’Afrique.

Sans ce sous-bassement renouvelé par la pensée africaine, la révolution à l’islam arabe aura un faible impact que l’Occident va récupérer en sa faveur en recrutant auprès de l’ancienne élite issue des cooptations sectaires et religieuse. On le voit en Côte-d’ivoire. L’Afrique des élites regorge de Ouattaras qui ne connaissent pas l’Afrique « profonde », celle des initiés, rélégués au second rang dans la quête de nos identités de lutte… Ils sont près à vendre une fois de plus… Dans ce sens, on peut critiquer les élans religieux de Gbagbo…

Nous voulons dire qu’il est temps de réhabiliter le pouvoir africain authentique.. Nous risquerions, dans le cas contraire, d’hypothéquer les chances de survie de nos enfants face aux forces occultes de prédation, d’aliénation et de déstabilisation de nos identités et de nos nations. Bien plus: il est question d’un encadrement spirituel, culturel et idéologique que seule peut nous procurer l’antique religion traditionnelle de nos villages.

Le pouvoir des initiés est vivant. Il faut réhabiliter politiquement leur légitimité et légalité. Le chef traditionnel doit entrer en République comme maire et délégué de gouvernement pour permettre de rompre avec les ventes illicites de terrain, l’expansion des sectes et des déviances sexuelles, de la pauvreté et de l’individualisme, de la corruption et de l’insouciance aux fins de l’émergence de l’humanisme ancestral, l’éthique de gouvernance et de partage.

Ce n’est qu’à ce prix que la révolution arabe, reprise chez nous, portera ses fruits. Il est temps de travailler en conséquence. Les initiés doivent être associés aux marches et mieux, ils doivent prendre les devants pour aider les sociétés à se recomposer…

Poster un commentaire

Classé dans REFLEXIONS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s